Votre santé

ComprendreLa pilule contraceptive

Pilule : le moyen contraceptif le plus fréquent

Différents moyens de contraception existent pour éviter une grossesse. Les plus répandus sont les contraceptifs hormonaux par voie orale, autrement dit les pilules contraceptives. Ces pilules contiennent des hormones semblables à celles que fabriquent naturellement les ovaires. Elles bloquent l’ovulation ou rendent la progression des spermatozoïdes impossible dans l’utérus. En 2013, 40.6% des femmes de 15 à 49 ans ne souhaitant pas d’enfants utilisaient la pilule.

Source : La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ?

 

L’essentiel sur la pilule contraceptive

Différentes sortes de pilules

Il existe deux types de pilules :

  • les pilules estroprogestatives :
    Les pilules estroprogestatives ou pilules « combinées » associent un estrogène à un progestatif. Elles bloquent l’ovulation et empêchent les modifications de la glaire cervicale nécessaires à la progression des spermatozoïdes vers la cavité utérine, rendant ainsi la muqueuse de l’utérus impropre à l’implantation du futur embryon.
  • les pilules progestatives :
    Les pilules progestatives ne contiennent qu’une seule hormone, un progestatif, en quantité très faible. Elles suppriment l’ovulation ou épaississent les sécrétions cervicales, empêchant le passage des spermatozoïdes.

Quelles variations entre les diverses pilules estroprogestatives ?

Le dosage peut être plus ou moins élevé en estrogènes, le type d’estrogène ou de progestatif peut varier, de même que la répartition des doses d’hormones dans le cycle (pilule monophasique, biphasique, triphasique…). Toutes doivent être prises de façon régulière, tous les jours, à la même heure si possible.


La 2e génération en première intention

Les pilules de 2e génération sont recommandées en première intention, autrement dit pour débuter une contraception orale. En effet, la prise de pilule comporte un risque (rare) de déclencher une phlébite, c’est-à-dire la constitution d’un caillot de sang obstruant une veine et donc un risque d’embolie pulmonaire. Ce risque est plus faible avec les pilules de 2e génération (20 cas pour 100 000 femmes) qu’avec les pilules de 3e génération (40 cas pour 100 000 femmes)1. Ce risque serait plus important pendant la première année de prise ou lors d’une reprise après une interruption de 4 semaines ou plus, chez les femmes qui fument ou qui présentent un surpoids, en cas d’antécédents personnels ou familiaux d’accidents cardiovasculaires et de facteurs de risques intrinsèques.

Source : Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).


Un suivi régulier

Dès l’adolescence, les femmes doivent être suivies sur le plan gynécologique, quels que soit leur âge et leur activité sexuelle. La prise d’une pilule contraceptive nécessite un suivi et des examens réguliers (au moins une fois par an) car des effets indésirables peuvent survenir à court et à long terme.

Consultez immédiatement votre médecin en cas de douleurs ou gonflement d’une jambe, d’essoufflement, de douleurs dans la poitrine, de faiblesse ou engourdissement du visage, d’un bras ou d’une jambe.

En savoir plus : http://ansm.sante.fr


Que faire en cas d’oubli ?

  • En cas d’oubli de moins de 12 h pour une pilule estroprogestative et de moins de 3 h pour une pilule progestative, il est recommandé de prendre le comprimé oublié immédiatement et de poursuivre la plaquette normalement, en prenant la pilule suivante à l’heure habituelle.
  • En cas d’oubli de plus de 12 h pour une pilule estroprogestative et de plus de 3 h pour une pilule progestative, mieux vaut prendre immédiatement le dernier comprimé oublié et continuer la plaquette normalement, en prenant les comprimés suivants à l’heure habituelle. En complément, des précautions sont nécessaires, comme l’utilisation de préservatifs, lors des rapports sexuels, pendant au moins 7 jours suivant l’oubli. Sachant qu’un risque de grossesse existe si un rapport sexuel non protégé s’est déroulé dans les 5 jours précédant l’oubli et lorsque plus de deux comprimés de la même plaquette ont été oubliés. Dans l’un de ces cas, un conseil du médecin s’impose.
  • Si l’oubli concerne l’un des 7 derniers comprimés de la plaquette, il est préférable de continuer la plaquette et de supprimer l’arrêt de 7 jours, en enchainant directement avec une nouvelle plaquette.
  • Dans tous les cas, il est conseillé de se reporter à la rubrique correspondante de la notice de la pilule. Certaines pilules contraceptives ont des modalités particulières en cas d’oubli.

Interview

Gelas Bertrand

Médecin spécialiste en santé de la femme

Tour d’horizon sur la Santé de la femme avec Bertrand Gelas, spécialiste en santé de la femme, Teva.

Chiffres Clés

des femmes qui souhaitent avoir une activité sexuelle sans grossesse utilisent une méthode de contraception (baromètre santé 2010 de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé).

Section suivante

Vivre avec

La pilule contraceptive

Découvrir

Nombre total glossaire dans la page : 0