Votre santé

ComprendreLa migraine

Une pathologie bénigne mais handicapante

Bénigne mais handicapante, la migraine est une maladie qui a souvent des répercussions importantes sur la qualité de vie des personnes concernées, leurs relations affectives et leur vie professionnelle. Elle touche près de 20 % de la population adulte dont une majorité de femmes.

L’essentiel pour comprendre la migraine

Quels sont les symptômes ?

La migraine représente une forme particulière de mal de tête qui se manifeste par des crises très variables (fréquence, intensité, durée) d’une personne à l’autre, mais aussi chez une même personne. La migraine se distingue du mal de tête « ordinaire » par différents symptômes : la douleur est souvent située d’un seul côté de la tête ou localisée près d’un œil ; elle est fréquemment pulsatile comme « un cœur qui bat dans la tête » ou « des coups de marteau ». Elle peut être accompagnée de nausées, de vomissements, de gêne à la lumière ou au bruit. L’intensité de la douleur est augmentée par un effort physique (marcher, monter les escaliers).

Autre particularité : dans environ 20% des cas, différents signes – regroupés sous le nom d’aura – précèdent les crises.


Quelle en est l’origine ?

En dépit des nombreux progrès réalisés dans la compréhension de la maladie, l’origine de la migraine n’est pas complètement élucidée. Elle survient souvent sur un terrain génétique prédisposé (terrain migraineux), associé à des facteurs déclenchants hormonaux, propres à chaque individu : contrariété, stress, détente brutale – c’est la « migraine du week-end » –, conjoncture hormonale (règles, contraception orale), hygiène de vie déséquilibrée (sommeil insuffisant ou trop prolongé, fatigue, absence de repas), alimentation (alcool, chocolat, fromages fermentés), aléas climatiques (froid, chaleur, grand vent)…

La crise migraineuse serait la conséquence d’une inflammation provoquée par l’activation des terminaisons nerveuses présentes autour des vaisseaux des enveloppes du cerveau (les méninges). De nombreux neurotransmetteurs seraient libérés, notamment la sérotonine.


Qui est concerné ?

Fréquente, la migraine touche près de 20 % de la population adulte, soit environ 8 millions de Français¹, avec une nette prédominance féminine (3 femmes pour 1 homme)². Près de la moitié des migraineux ont au moins deux crises par mois et leur durée est supérieure à 24 heures chez 40% d’entre eux². Pourtant, 30 à 45% des personnes touchées ignorent leur statut de migraineux.

  1. Étude Grim 2 Neurology 2002 ;59 :232-37. Etude Framig 3 Cephalalgia 2005 ;25 :1146-58.
  2. Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l’adulte et chez l’enfant : aspects cliniques et économiques. ANAES octobre 2002.

Quels sont les traitements ?

Aujourd’hui, il n’existe pas encore de traitement curatif de la migraine. Le meilleur moyen d’éviter la crise est de limiter les facteurs déclenchants, notamment ceux qui sont liés aux rythmes du sommeil et des repas. Un traitement de fond peut toutefois être conseillé à certains migraineux. En cas de crise, des traitements existent heureusement pour limiter sa sévérité et sa durée. Ils doivent être pris le plus tôt possible au début de la crise. N’hésitez pas à consulter votre médecin.

En savoir plus (et source) : https://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/migraine


Chiffes-clés

Section suivante

Vivre avec

La migraine

Découvrir

Glossaire