Votre santé

Observance & Iatrogénie

Définition

Qu’est-ce que l’observance ?

Dans une définition simple, les chercheurs appellent observance « le degré d’application des prescriptions médicales par le malade : posologie, nombre de prises quotidiennes, horaires des prises, durée du traitement, recommandations corrélées. »¹

80%

Le bon niveau

Prise de 80% du traitement sur 12 moisDans toutes les études, il existe un consensus autour du fait qu’un patient est considéré comme observant s’il prend au moins 80 % de son traitement, sur un an.

  1. Aline Sarradon-Eck, Marc Egrot, Marie-Anne Blanc, Murielle Faure. Approche anthropologique des déterminants de l’observance dans le traitement de l’hypertension artérielle. Pratiques et Organisation des Soins, Société française de santé publique,
    2008, 39 (1), pp.3-12.

Les enjeux

Le vieillissement de la population française est un phénomène majeur qui transforme en profondeur sa société, via sa démographie et son économie. Selon les projections de l’Insee, en 2050, un individu sur 3 sera âgé de 60 ans ou plus en France métropolitaine. Le ratio était de un sur 5 en 2005.

Améliorer le niveau d’observance apporterait un bénéfice individuel, pour le patient, mais également collectif, pour la société. Il est donc essentiel de mieux comprendre les facteurs liés à une mauvaise observance pour sensibiliser l’ensemble des acteurs. 10 % des hospitalisations chez les personnes âgées de plus de 70 ans, en France, sont imputées aux erreurs dans la prise de médicament. Le patient, tout spécialement la personne âgée, doit être mis au centre de la réflexion et de la prise en charge appropriée.

Passé un certain âge, avoir plusieurs maladies, c’est courant. Quand on prend plus de 4 ou 5 médicaments différents par jour, on peut avoir des effets indésirables et des interactions médicamenteuses qui entrainent chaque année de nombreuses hospitalisations. Pour améliorer l’observance de leurs traitements par les personnes âgées et continuer à réduire les risques iatrogéniques de la poly-médication, Teva a mis en place le programme Marguerite, conçu et structuré autour du patient acteur, au cœur de la chaîne du médicament.

En effet, les causes de la non-observance et les risques iatrogéniques de la polymédication sont multiples et les acteurs de la chaîne qui peuvent contribuer à son amélioration doivent être sensibilisés. Parmi ceux-ci, les 3 principaux :le médecin, le pharmacien, le patient lui-même.

Le patient au centre de la réflexion.

Nous avons pu constater que les recherches portent sur différents maillons de la chaîne de l’observance. De nombreuses études ont analysé le rôle du médecin, quelques-unes se sont penchées sur celui du pharmacien, d’autres encore sur le patient face à son traitement à domicile, mais il n’existe pas d’étude transversale analysant le patient tout au long de son parcours depuis la perception des symptômes, la consultation, la dispensation en pharmacie jusqu’au retour au domicile avec le traitement.


Pourquoi le problème de l’observance et du bon usage aux traitements concernent-ils davantage les personnes de 65 ans et + ?

Après 65 ans, on est plus touché par les maladies chroniques. Celles-ci touchent 57 % des personnes âgées de 65 à 74 ans et 70 % des 75 ans et +2. À 75 ans, les personnes déclarent avoir eu 5,8 maladies différentes au cours de l’année hors troubles visuels et problèmes dentaires3. Ces maladies chroniques entraînent une poly-médication que l’on définit comme « l’usage concomitant de trois voire cinq molécules différentes 4 ».
L’enquête PAQUID, menée auprès de 3 800 personnes, montre qu’à domicile les personnes âgées consomment 4,5 médicaments par jour 5 et chacune de leurs ordonnances comprend 3,4 spécialités distinctes6 dont la prise s’échelonne tout au long de la journée avec des posologies et des recommandations spécifiques pour chaque molécule 1.

  • 2 – DreSS, L’état de santé de la population en France Suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique rapport 2009-2010.
  • 3 – Secrétariat Général du HCAAM Annexes accompagnant la note « vieillissement, longévité et assurance maladie » 2006
  • 4 – Suboptimal prescribing in older inpatient and outpatients. Hanlon JT, Schmader KE, Ruby CM, Weinberger M. J Am Geriatr Soc. 2001 Feb; 49 (2):200-9.
  • 5 – HAS Note méthodologique et de synthèse documentaire. Prendre en charge une personne âgée polypathologique en soins primaires. Mars 2015.
  • 6 – Auvray Laurence et Sermet Catherine, « Consommations et prescriptions pharmaceutiques chez les personnes âgées. Un état des lieux. Gérontologie et société, 2002/4 n° 103, p. 13-27. DOI : 10.3917/gs.103.0013.

Source : Livre blanc 20 recommandations pour améliorer l’observance de leurs traitements par les personnes âgées.


Le patient, au centre de la réflexion

Le patient, tout spécialement la personne âgée, est au centre de la réflexion.

Les études portent sur différents maillons de la chaine de l’observance. De nombreuses études ont analysé le rôle du médecin, quelques-unes se sont penchées sur celui du pharmacien, d’autres encore sur le patient face à son traitement à domicile.

Mais il n’existe pas d’étude transversale analysant le patient depuis la perception des symptômes, la consultation, la dispensation en pharmacie, jusqu’au retour au domicile avec le traitement.

57%

70%

Le patient âgé, premier concerné

Après 65 ans, on est plus concerné par les maladies chroniques. Celles-ci touchent 57% des personnes âgées de 65 à 74 ans et 70% des 75 ans et plus. Ces maladies chroniques entrainent une poly-médication que l’on définit comme l’usage chronique de 3,
voire 5 molécules différentes.

Les chiffres

86%

des 75+ prennent des médicaments une ou plusieurs fois par jour

Group 7 Created with Sketch. i

Source : « Médicaments...et si on changeait de comportement ? Programme de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées », Conférence de Presse du LEEM, avril 2015

43%

des 70+ prennent entre 5 - 10 médicaments par jour

Group 7 Created with Sketch. i

Source : Etude PAQUID : enquête réalisée sur une cohorte de 4134 personnes âgées de 65 ans et plus en Gironde et en Dordogne depuis 1988

8,3 millions

de français de plus de 70 ans en 2014

Group 7 Created with Sketch. i

Source : INSEE

60%

des femmes de plus de 80 ans vivent seules

Group 7 Created with Sketch. i

Source : « La santé des femmes en France », Avis & Rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental, 2010

21%

des hommes de plus de 80 ans vivent seuls

Group 7 Created with Sketch. i

Source : « La santé des femmes en France », Avis & Rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental, 2010

Les recommandations

Le projet Marguerite

En initiant le programme de prévention « Marguerite » destiné à améliorer l’observance de leurs traitements par les personnes âgées, Teva a découvert combien cette problématique est largement sous-estimée. En effet, si aucune action collective n’est entreprise, cette situation ne peut que s’aggraver. Comme le mentionne le préambule du projet de loi de Septembre 2014.

Pour l’adaptation de la société au vieillissement , le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans va quasiment quadrupler à l’horizon 2060. Avec « Marguerite », nous avons donc revisité toutes les étapes du parcours de soins telles que les vivent les patients polymédicamentés de plus de 70 ans chez eux, à leur domicile.

Notre objectif est double : comprendre les facteurs et les comportements de non-observance et élaborer des recommandations concrètes pour faciliter le respect des traitements et réduire la iatrogénie médicamenteuse.

Le programme « Marguerite » a été conçu et structuré en partant du quotidien de la personne âgée autonome. Durant un an, Teva a réuni autour de représentants d’associations de personnes âgées, un groupe de travail pluridisciplinaire composé de médecins, de pharmaciens ou encore d’experts en psycho-sociologie, afin d’analyser les comportements entraînant une mauvaise observance.

La non-observance a beaucoup été étudiée : ses causes sont multiples, les conséquences graves et les acteurs de la chaîne de soins qui peuvent contribuer à résoudre ce problème de santé publique sont nombreux. Ce que nous avons appris tout au long de cette année d’échanges, d’analyses et de recherches est d’une richesse incroyable, et les opportunités d’actions mises à jour, uniques.

Nous sommes aujourd’hui convaincus que :

  1. Le défaut d’observance est complexe et aucune action isolée ne permet de le corriger de manière significative.
  2. Le manque d’observance est le résultat d’une chaîne qui implique de nombreux acteurs dont les principaux sont le Patient, le Médecin et le Pharmacien.

Avec ce livre blanc qui présente 20 recommandations issues des travaux du groupe de travail « Marguerite », Teva a pour ambition première de sensibiliser chacun d’entre nous, d’impliquer l’ensemble des acteurs de la chaîne de soins et de faire progresser la collaboration et la solidarité interprofessionnelle. Nous allons poursuivre notre action et confronter ces 20 recommandations à la réalité quotidienne.


Les 20 recommandations

Faciliter l’observance du patient au quotidien

  1. Structurer l’ordonnance pour une meilleure observance
  2. Encourager l’utilisation d’un plan de prise de médicaments et réconcilier les ordonnances en officine
  3. Délivrer les traitements de maladie chronique pour 2 à 3 mois en cas de vacances
  4. Harmoniser le nombre de comprimés par boîte de médicaments à 28 ou 30 jours
  5. Adapter les boîtes de médicaments aux besoins des personnes âgées
  6. Diffuser un guide patient pour préparer la consultation chez le médecin généraliste
  7. Créer le « passeport observance » pour le patient

Sensibiliser tous les acteurs et renforcer la coordination dans le parcours de soin

  1. Diffuser les « réflexes patient pour une bonne observance »
  2. Organiser des groupes de partage d’expériences sur l’observance entre patients
  3. Encourager médecins et pharmaciens à communiquer avec le patient selon le « Calendrier de l’observance »
  4. Sensibiliser le médecin sur les risques d’inobservance
  5. Encourager le médecin à établir un « bilan observance »
  6. Renforcer l’accompagnement en officine lors de l’introduction de nouveaux traitements
  7. Développer des formations conjointes médecins / pharmaciens sur l’observance à l’université et en formation continue
  8. Lancer la journée nationale de l’observance thérapeutique
  9. Mettre en place un entretien observance en officine ou au domicile
  10. Constituer un classeur de liaison entre les patients et les professionnels de santé
  11. Généraliser les entretiens de conciliation à la sortie d’hôpital
  12. Consolider les indices de l’inobservance en officine pour générer une « alerte observance »
  13. Développer les rencontres annuelles médecins, pharmaciens et infirmières de ville autour de l’observance

Source : Livre blanc 20 recommandations pour améliorer l’observance de leurs traitements par les personnes âgées


Le programme Marguerite entre en action

Teva a lancé le programme “Marguerite”, conçu et structuré en partant du quotidien de la personne âgée autonome.

Nous avons réuni un groupe d’experts pluridisciplinaires (médecins, pharmacien, des représentants d’associations de patients âgés ou encore des experts en psycho-sociologie) afin d’analyser les comportements entraînant un mauvais usage des traitements prescrits.

Video

Le programme Marguerite entre en action

Film de 6 mn sur le programme Marguerite

6:00

Les actions Teva

Easybox

Découvrez Easybox®, la nouvelle boite de médicaments de Teva Santé. Les principaux avantages d’easyBOX® sont : un code couleur unique pour chaque référence, une typographie lisible, la photo du médicament au réel, une horloge posologique qui permet d’inscrire le moment de la prise et de la durée du traitement.

Espace observance Teva

L’espace observance Teva pour aider les patients à mieux s’approprier leur traitement. « L’espace Observance » de Teva délivre aux patients des conseils de bon usage et des outils pratiques pour contribuer à améliorer le suivi de leurs traitements. Ce site s’inscrit dans la lignée du programme Marguerite et propose des solutions concrètes pour les professionnels de santé et les patients âgés afin de faciliter l’observance des traitements.

Carnet Réflexe observance

Le « Carnet Réflexe observance » s’adresse à l’équipe officinale. Son objectif est d’aider à la détection et à la prévention d’une mauvaise observance de leurs traitements par les personnes âgées. Six marqueurs ont été identifiés comme source d’inobservance : Les nouveaux médicaments / nouvelle posologie, la poly-médication, le changement de professionnels de santé, les événements de vie : vacances, changement de domicile…, l’hospitalisation / interventions chirurgicales, l’autonomie/ troubles cognitifs.

Mémo santé

Le « Mémo Santé » aide le patient à préparer sa consultation et à élaborer un historique de ses différents rendez-vous. Il lui permet de noter les sujets à aborder, d’inscrire l’ensemble des informations et conseils délivrés par les professionnels de santé rencontrés.
Il est disponible sur l’espace Observance Teva.

Calendrier annuel de l’observance

Le « Calendrier annuel de l’observance » liste des occasions de communiquer autour de l’observance pour les médecins et les pharmaciens en fonction de la saison et des modifications dans la prise de leur traitement qui peuvent survenir chez les patients (déplacement dans la famille, vacances, fêtes …).

Le classeur santé

Le « classeur santé » permet de classer ses ordonnances, résultats d’analyse, comptes rendus d’imagerie médicale, courriers des spécialistes, documents personnels… afin d’informer plus précisément le ou les praticiens et le pharmacien.
Il est disponible sur l’espace Observance Teva.

Prix Marguerite

Le Prix Marguerite Oncologie est destiné à soutenir des projets pluridisciplinaires innovants en oncologie et onco-hématologie pour améliorer l’observance de leurs traitements par les personnes âgées atteintes de cancer. C’est un prix créé par Teva en partenariat avec SOFOC, la Société Francophone d’Oncologie Gériatrique.

Iatrogénie

Etude IPOP avec le département spécialisé ICAR de la Pitié Salpêtrière

Les difficultés des personnes âgées polymédiquées face à leurs médicaments : De la crise aux solutions

Présentation des résultats intermédiaires de l’étude pharmaco-épidémiologique IPOP (Investigation des Prescriptions délivrées en Officine pour les Personnes âgées) portant sur 1000 ordonnances de patients de plus de 65 ans.

La personne âgée polymédiquée souffre des effets du vieillissement physiologique et de pathologies diverses d’origine cardiaque, rénale, métabolique, ostéo-articulaire, neuropsychique etc… La gravité de ces maux est variable et peut donner lieu à des prescriptions indépendantes les unes des autres (médecin généraliste, spécialiste). Cette addition de prescriptions engendre une polymédication qui peut induire des risques iatrogéniques. Les progrès dans la compréhension et la compatibilité des traitements entre eux constituent un véritable enjeu de santé publique.

C’est pourquoi, aux côtés des professionnels et autorités de santé, Teva Laboratoires se mobilise pour optimiser l’écoute et l’accompagnement de la personne âgée polymédiquée. Cette implication s’est concrétisée au travers du Programme de prévention Marguerite.

Celui-ci s’est matérialisé par :

  • Un Livre Blanc, publié en 2014
  • Une investigation des prescriptions délivrées en officine pour les personnes âgées pour évaluer  les risques iatrogéniques potentiels chez les patients âgés polymédiqués de plus de 65 ans autonomes et vivants à domicile, les mésusages et les effets indésirables induits et identifier les profils de patients à risques.

Cette étude a été réalisée en partenariat avec le service ICAR du Groupe Hospitalier Universitaire de la Pitié Salpêtrière dirigé par le Professeur Gilbert DERAY(La structure ICAR du Groupe hospitalier de la Pitié Salpêtrière est un service de conseil et d’aide à la prescription des médicaments chez le patient insuffisant rénal).

Teva Laboratoires a présenté les résultats de cette investigation et les outils de liaison proposés par Teva. Ces outils seront disponibles à partir du 15 juillet via la plateforme internet observance et dans les pharmacies partenaires de Teva Laboratoires dès septembre 2015.


Infos extérieures

LEEM : Dossier de presse « Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les seniors »

Source : http://www.leem.org/sites/default/files/DP-iatrogenie-2016-VF.pdf

LEEM : Le guide du bon usage des médicaments

Source : http://www.leem.org/article/guide-du-bon-usage-des-medicaments

LEEM : Paroles de seniors : ma vie avec les médicaments by LeemFrance

Micro-trottoir réalisé en avril 2015 au Salon des seniors à Paris dans le cadre de la campagne de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse, lancée par le Leem. Les personnes interrogées parlent de leur vie quotidienne avec le médicament.

Source : http://www.leem.org/article/paroles-de-seniors-video

Interview de Patrick Errard : Président du Leem

Patrick Errard, explique pourquoi le Leem a lancé cette campagne de mobilisation pour un meilleur usage des médicaments chez les personnes âgées. Il s’agit d’un réel enjeu de santé publique.

Interview de Xavier Cnockaert : Chef du pôle de gérontologie, centre hospitalier de Beauvais

Le docteur Xavier Cnockaert, explique que, pour une multitude de raisons, les personnes âgées sont les patients les plus exposés aux risques de iatrogénies médicamenteuses. Il met l’accent sur le rôle des proches pour éviter ce type d’accident.

Interview de Carine Wolf : pharmacienne et présidente du Conseil régional de l’ordre des pharmaciens de Haute-Normandie

Carine Wolf, explique le rôle important du pharmacien dans la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées. Elle insiste sur l’importance du dialogue entre le pharmacien et le patient comme sur le rôle joué par le dossier pharmaceutique qui retrace l’historique de tous les médicaments qui lui ont été délivrés.

Interview du docteur Joël Cogneau : médecin généraliste, directeur de l’IRMG

Le docteur Joël Cogneau décrit les signes qui doivent nous alerter face à la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées ainsi que les réflexes à adopter.

Vidéo : http://www.leem.org/article/paroles-de-professionnels-de-sante-video


HAS n°2 – Les enjeux de l’observance en France

2 juin 2014 : « Améliorer l’efficacité des actions sur l’observance aurait un impact bien plus important sur la santé des patients que toute autre amélioration des traitements médicamenteux ».

Cette constatation de l’OMS démontre bien l’enjeu d’une amélioration de l’observance, c’est-à-dire d’une utilisation optimale des thérapies prescrites aux patients, puisque la mauvaise observance des traitements conduit à un gâchis important de ressources, des hospitalisations injustifiées, et un nombre conséquent de complications et de décès évitables.

Source : http://www.jalma.com/publications/

« Avec ce livre blanc qui présente 20 recommandations issues des travaux du groupe de travail « Marguerite », Teva a pour ambition première de sensibiliser chacun d’entre nous, d’impliquer l’ensemble des acteurs de la chaîne de soins et de faire progresser la collaboration et la solidarité interprofessionnelle.
Nous allons maintenant poursuivre notre action et confronter ces 20 recommandations à la réalité quotidienne. »

Erick Roche

Président de Teva Laboratoires

Nombre total glossaire dans la page : 0