Votre santé

Notre éthique

Plusieurs étapes rythment la vie d’un médicament, de son développement à sa mise à disposition auprès des hôpitaux, des cliniques et des pharmacies. Chacune d’entre elle est régie par la règlementation – française, européenne et internationale – à laquelle s’ajoute la volonté de Teva d’agir de manière éthique. L’intérêt des patients et la transparence de ses partenariats avec les professionnels de santé sont des priorités pour le laboratoire. Tout au long de son parcours, Le médicament est ainsi soumis à de nombreuses procédures pour garantir sa qualité, son efficacité, sa traçabilité et sa sécurité.

L’éthique, c’est plus que juste respecter la loi

Information et transparence

Les collaborateurs qui exercent le métier de « Délégué Médical » assurent la promotion des médicaments auprès des Professionnels de Santé. Cette activité consiste à délivrer une information sur les médicaments présentée dans le cadre de l’Autorisation de Mise sur le Marché et d’en assurer le bon usage dans le respect de la «Charte de l’Information par démarchage ou prospection visant à la promotion du médicament » du 15 octobre 2014 et son « Référentiel de certification » publié en mars 2016 par la Haute Autorité de Santé et complété par un 2ème volet en mars 2017.

La Politique Générale Qualité de Teva incluant la «Politique Qualité pour l’Information promotionnelle sur les médicaments » est un engagement de tous les collaborateurs de Teva pour apporter en permanence aux différents Professionnels de Santé une information médicale et scientifique de qualité, transparente et objective.


Politique Qualité Teva1.22 Mo

Le Délégué Médical qui effectue une visite à un Professionnel de Santé doit respecter les Règles de Déontologie de Teva définies dans la Charte de l’Information par démarchage ou prospection visant à la promotion des médicaments et dans le référentiel de certification associé et se renseigner au préalable auprès des Professionnels de Santé afin de connaître ses règles d’organisation ainsi que les conditions d’accès et de circulation au sein des différents lieux d’exercice.
Par ailleurs, Teva a aussi mis en place en janvier 2017, une Charte des Bonnes Pratiques à l’intention de ses délégués pharmaceutiques.

Règles de déontologie Teva500 Ko


Les Bonnes Pratiques

Centres de recherche, fournisseurs de principes actifs et de fabrication des médicaments en vrac, entreprises spécialisées dans le conditionnement, le contrôle ou la distribution, dépositaires… Les acteurs qui interviennent tout au long de la chaîne sont multiples, mais la qualité d’un médicament ou d’un service associé doit cependant être vérifiable et certifiable en permanence. C’est pourquoi l’organisation nécessaire pour assurer la qualité du médicament à chaque étape suit des règles très précises, décrites dans les Bonnes Pratiques de Laboratoire (BPL) et de Fabrication (BPF). Ces Bonnes Pratiques assurent au patient une qualité constante du médicament.

Malgré les contrôles rigoureux en vigueur, des ajustements peuvent s’avérer nécessaires pour répondre aux demandes des patients : ainsi, les réclamations provenant de patients et de professionnels de santé améliorent la prise et l’administration du médicament.
En France, le Service d’Assurance Qualité de Teva joue un rôle central dans le traitement des réclamations qu’il reçoit : variation de couleur, de goût, de taille des comprimés. Ce sont autant de paramètres que nous étudions et ajustons en permanence. Pour une moyenne annuelle de 1 200 réclamations qualité étudiées de façon scrupuleuse, le Service Qualité de Teva France a procédé, l’an dernier, à 10 rappels de lots.


Un dialogue continu

Le médicament n’est pas un produit de consommation banal. Il exige en moyenne 20 ans de recherche et développement. La maladie est une période anxiogène et le médicament porte l’espoir de guérison. Il a un impact sur notre santé et il est donc normal qu’il soit source de nombreuses interrogations.

La transparence et la fiabilité de l’information dispensée par un laboratoire font partie des attentes légitimes des professionnels de santé et des patients. Ces deux pré-requis constituent les bases d’une relation de confiance, que le service de l’Information Médicale et Pharmaceutique («Infomed») entretient avec la communauté scientifique et les patients en apportant des réponses précises aux questions posées.


Toujours sous surveillance

Après leur commercialisation, les médicaments restent sous surveillance, via la Pharmacovigilance.
L’ANSM est l’autorité nationale compétente en matière de pharmacovigilance. Elle évalue toutes les déclarations d’effets indésirables qui lui parviennent, elle informe les professionnels de santé des procédures et des recommandations établies, elle coordonne l’activité des centres régionaux de pharmacovigilance et met en place des groupes de réflexion scientifique et méthodologique.
La mission générale des 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) est également de surveiller, d’évaluer et de prévenir les risques médicamenteux potentiels ou avérés et de promouvoir le bon usage du médicament.
Ces administrations recueillent les descriptions des effets indésirables, déclarés par les professionnels de santé, les laboratoires ou les patients (renseignement sur le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé : www.ansm.sante.fr).

Qui fait quoi ?

Qui fait quoi ?

  • L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé ainsi que les Conseils de l’Ordre et des différentes professions de Santé émettent des directives.
  • Chaque lot de médicament commercialisé sur le territoire français doit être au préalable « libéré » par une personne qualifiée : le Pharmacien Responsable.
  • Le Directeur Médical et ses équipes contrôlent l’information à délivrer aux professionnels de santé sur l’efficacité et la tolérance des traitements. Il s’assure également que les études cliniques sont réalisées selon les règles définies par le Conseil d’Ethique et les Comités de Consentement des Personnes.
  • Le Directeur Juridique vérifie l’application des directives du Code de Commerce français, au-delà des textes législatifs sur la Santé humaine.
  • Le Responsable de la Conformité s’assure que Teva France respecte les directives de la loi Sapin II et aussi de la Politique de Compliance (Conformité) émanant de la loi anti-corruption américaine (FCPA pour « Foreign Corrupt Practices Act).

RSE

RSE : la parité hommes/femmes à tous les échelons de la hiérarchie

Chez Teva France, les femmes sont présentes à tous les niveaux de hiérarchie et de décision de l’entreprise. Elles représentent 70% de l’effectif complet, plus de la moitié des membres du Comité de direction, la moitié du total des Directeurs adjoints, 54% du management intermédiaire.

 

Chiffres Clés

femmes sur 12 membres du Comité de Direction.

directrices-adjointes pour 4 directeurs-adjoints.

du management intermédiaire est féminin.

Glossaire